Page:Platon - Œuvres, trad. Cousin, XI, XII et XIII.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’un homme qui ne porte pas ses regards au-delà de ce qui est près de lui, mérite d’être ainsi appelé[1].

HERMOGÈNE.

Comment cela ?

SOCRATE.

Par exemple, lorsqu’il fit périr Myrtile[2], il ne sut pas, à ce que l’on raconte, étendre ses regards et sa prévoyance sur sa postérité à laquelle il préparait tant de malheurs, et ne vit que le moment actuel ou prochain πέλας, lorsqu’il mit tout en œuvre pour devenir l’époux d’Hippodamie. Le nom de Tantale doit aussi nous paraître juste et naturel, si nous en croyons ce qu’on raconte de ce personnage.

HERMOGÈNE.

Quoi ?

SOCRATE.

D’abord, pendant sa vie, il éprouva beaucoup

  1. De πέλας, près, et ὄψ, vue, œil.
  2. Cocher de Pélops. Ce meurtre était considéré comme l'origine des malheurs des Pélopides (Sophocle, Électre, v. 508). La cause en est diversement racontée. Suivant quelques-uns, Hippodamie, dédaignée par Myrtile, lé calomnia auprès de Pélops, qui le précipita du haut de son char dans la mer.