Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


176 C GHARMIDE 82

donc, et je commence dès aujourd'hui. » — « Dites-moi, rcpris-je, que méditez-vous donc tous les deux? » — « C'est tout médité, » dit Gharmide. — « Veux-tu par hasard, dis-je, user de contrainte, sans me laisser le temps de la réflexion ?» — « Oui, de contrainte, dit-il ; Critias l'or- donne ; vois maintenant ce qui te reste à faire. » — « Je vois d bien, repris-je, que mes réflexions seraient inutiles : si tu veux une chose à toute force, aucun homme n'est capable de te résister. » — « Alors, dit-il, ne résiste pas, toi non plus. » — « Aussi, repris-je, n*ai-je pas l'intention de résister. »

�� �