Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOTICE


I
PERSONNAGES ET CIRCONSTANCES

Deux pères de famille, Lysimaque et Mélésias, soucieux de l’éducation de leurs fils adolescents et ne sachant comment la diriger, ont prié Nicias et Lachès, généraux illustres dans la cité, de venir voir avec eux un maître d’armes dont les exercices attirent la foule, et de les éclairer à ce propos sur l’utilité de faire apprendre à leurs fils l’art des armes. La scène se passe dans un gymnase où Socrate se trouve par hasard : on l’invite à prendre part à la consultation.

Les deux jeunes gens assistent à l’entretien, mais ils ne sont que des personnages muets, ou peu s’en faut.

Lysimaque et Mélésias sont tous deux de naissance illustre, mais se plaignent de n’avoir pas reçu de leurs pères une direction suffisante, qui leur permît de marcher sur leurs traces ; d’où leur résolution d’épargner à leurs fils un inconvénient analogue. Lysimaque, en effet, a eu pour père le grand Aristide, et ne paraît avoir joué lui-même aucun rôle marquant dans la cité, bien qu’il soit mentionné par Démosthène (contre Leptine, 115) comme ayant reçu des Athéniens une récompense assez importante. Quant à Mélésias, il était fils de ce Thucydide, distinct de l’historien, qui fut l’un des principaux chefs du parti aristocratique au milieu du Ve siècle. Mélésias resta personnellement assez obscur : il est seulement nommé comme ayant figuré parmi les Quatre-Cents (Thuc. VIII, 86, 9).