Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tout d’abord, Socrate, quelle chose est indifféremment belle ou laide, la réponse que tu viens de me faire serait juste. Mais le beau en soi, ce qui pare toute chose et la fait apparaître comme belle en lui communiquant son propre caractère, crois-tu toujours que ce soit une jeune fille, une cavale ou une lyre ?

Nouvelle définition

Hippias. — Eh bien ! Socrate, si c’est là ce qu’il cherche, rien n’est plus facile que de lui répondre. Il veut savoir ce qu’est cette beauté qui pare toutes choses et les rend belles en s’y ajoutant. Ton homme est un sot qui ne s’y connaît nullement en fait de belles choses. Réponds-lui que cette beauté sur laquelle il t’interroge, c’est l’or, et rien d’autre ; il sera réduit au silence et n’essaiera même pas de te réfuter. Car nous savons tous qu’un objet, même laid naturellement, si l’or s’y ajoute, en reçoit une parure qui l’embellit.

Socrate. — Tu ne connais pas mon homme, Hippias ; tu ne sais pas comme il est chicanier et difficile à satisfaire.

Hippias. — Qu’importe son humeur, Socrate ? Mis en face de la vérité, il faudra qu’il l’accepte, ou bien on se moquera de lui.

Socrate. — Bien loin d’accepter ma réponse, il me plaisantera et me dira : « Pauvre aveugle, prends-tu Phidias pour un mauvais sculpteur ? » Je lui dirai que je n’en fais rien.

Hippias. — Tu auras raison, Socrate.

Socrate. — Sans doute. Mais quand je lui aurai déclaré que je considère Phidias comme un grand artiste, il poursuivra : « Phidias, à ton avis, ignorait—il l’espèce de beauté dont tu parles ? » — « Pourquoi cela ? » — « C’est qu’il n’a fait en or ni les yeux de son Athéna, ni le reste de son visage, ni ses pieds, ni ses mains, comme il l’aurait dû pour leur donner plus de beauté, mais qu’il les a faits en ivoire[1] : évidemment il a péché par ignorance, faute de savoir que l’or embellit

  1. Il s’agit de la célèbre statue « chryséléphantine » qui était dans le Parthénon, — et qu’il ne faut pas confondre avec la « Promachos », qui était en dehors du temple.