Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome II.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tère qui appartient au couple, non à chaque élément pris à part, car chacun d’eux n’est pas formé du couple, comme nous l’avons vu tout à l’heure, mais c’est le couple qui est formé des parties ; est-ce vrai ?

Hippias. — Très vrai.

Socrate. — Ce qui fait la beauté de chacun ne peut être ce qui n’appartient pas à chacun : la qualité d’être un couple, en effet, n’appartient pas à chacun. De sorte que le couple en lui-même peut être appelé beau dans notre hypothèse, mais non chaque élément pris à part. Qu’en penses-tu ? La conséquence n’est-elle pas rigoureuse ?

Hippias. — Il semble bien qu’elle le soit.

Socrate. — Dirons-nous donc que c’est le couple qui est beau, et que chacune des parties ne l’est pas ?

Hippias. — Quelle objection vois-tu à cela ?

Socrate. — L’objection que j’aperçois, c’est que, dans tous les exemples que tu as énumérés de certaines qualités s’appliquant à certains objets, nous avons toujours vu les qualités de l’ensemble s’appliquer aux parties et celles des parties s’appliquer à l’ensemble. Est-ce vrai ?

Hippias. — Oui.

Socrate. — Or dans mes exemples, rien de pareil ; et il y avait parmi eux le couple et l’unité. Ai-je raison ?

Hippias. — C’est exact.

[b] Socrate. — À quelle catégorie appartient donc la beauté, Hippias ? À celle dont tu as parlé ? Si je suis fort et toi aussi, disais-tu, nous le sommes tous les deux ; si toi et moi nous sommes justes, nous le sommes tous les deux, et si nous le sommes tous les deux, chacun de nous l’est aussi ; de même, si toi et moi nous sommes beaux, nous le sommes tous deux, et si nous le sommes tous deux, chacun de nous l’est également. Mais ne pourrait-il se faire qu’il en fût de la beauté comme des nombres, quand nous disions que, le couple étant pair, les éléments peuvent être soit pairs soit impairs ; qu’inversement, les éléments étant fractionnaires, l’ensemble peut être ou fractionnaire ou entier, et ainsi de suite dans une foule de cas qui se présentaient, disais-je, à ma pensée. Dans lequel de ces deux groupes rangerons-nous la beauté ? Je ne sais si tu partages mon avis, mais il me semblerait tout à fait absurde de dire que nous sommes beaux