Page:Platon - Œuvres complètes, Les Belles Lettres, tome VI.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
340c
25
LA RÉPUBLIQUE


XIV Mais dis-moi, Thrasymaque,

w« T»,^o««„„« est-ce ainsi que lu entendais définir la

justice P est-elle ce que le plus tort

estime, à tort ou à raison, être son intérêt ? Dirons-nous

que telle était ta pensée ?

Pas du tout, répondit-il. Penses-tu que j’appelle le plus fort celui qui se trompe, au moment où il se trompe ?

Pour moi, répondis-je, je croyais que c’était ta pensée, quand tu avouais que les gouvernants ne sont pas infaillid blés, et qu’il leur arrive de se tromper.

Tu es de mauvaise foi, Socrate, dans la discussion ; je vais le prouver par un exemple. Appelles-tu médecin celui qui se trompe à l’égard des malades, en cela même qu’il se trompe, ou calculateur celui qui se trompe dans un calcul, au moment même où il se trompe, dans le fait même de son erreur ? A mon avis, ce n’est qu’une façon de parler de dire que le médecin s’est trompé, que le calculateur, le grammairien s’est trompé ; en réalité, selon moi, aucun d’eux, en tant qu’il mérite le nom que nous lui donnons, ne se trompe jae mais ; et à parler rigoureusement, puisque tu te piques de rigueur dans ton langage, aucun artiste ne se trompe ; car il ne se trompe qu’autant que son art l’abandonne, et en cela il n’est plus artiste. En conséquence, qu’on soit artiste, savant ou chef d’Etat, on ne se trompe point en cette qualité, quoique tout le monde dise : le médecin s’est trompé, le chef d’Etat s’est trompé : c’est dans ce sens que tu dois prendre la réponse que je t’ai faite tout à l’heure. Je dis donc, pour préciser autant qu’il est possible, que le chef d’Etat, en 341 a tant que chef d’Etat, ne se trompe pas, que, s’il ne se trompe pas, il érige en loi ce qu’il y a de meilleur pour lui, et que c’est là ce que doit faire celui qui lui est soumis. Ainsi donc, comme je le disais en commençant, la justice consiste à faire ce qui est utile au plus fort^

I. Sans daigner relever l’explication de son disciple, Thrasymaque défend sa thèse avec une subtilité vigoureuse : si un médecin, dit-il, ou un calculateur se trompent, ils ne sont plus en cela médecin ni calculateur ; en tant que vrai médecin ou vrai calcvdateur, ils ne peuvent se tromper. Il en est ainsi des gouvernants : en tant que gouvernants véritables, ils sont infaillibles. Cette théorie est juste, si l’on s’en tient à l’idéal ; mais dans la pratique, elle est sans