Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉROTIE. Va pour aujourd’hui.

MÉNECHME, montrant Péniculus. Nous boirons tous deux à qui sera maître d’Ilion, et nous verrons, de lui ou de moi, qui se montrera le plus intrépide la coupe à la main. L’armée est sous t’es ordres : décide avec lequel de nous deux tu passeras cette nuit. Ah ! ma chère âme, quand je te vois, c’est de tout cœur que je déteste ma femme.

ÉROTIE. Et cependant vous ne pouvez vous passer de porter quelque chose d’elle. Qu’est-ce que cela ?

MÉNECHME. Cher bouton de rosé, ce sont ses dépouilles dont je veux te revêtir.

ÉROTIE. Vous savez si bien vous arranger que vous n’avez jamais de peine à l’emporter sur vos rivaux.

PÉNICULUS. Une courtisane est tout miel tant qu’elle voit quelque chose à prendre. Si vous l’aimiez, vous tiendriez déjà son nez entre vos dents.

MÉNECHME, donnant son manteau au parasite. Tiens ceci, Péniculus ; je veux offrir les dépouilles comme j’en ai fait le vœu.

PÉNICULUS. Soit ; mais, de grâce, dansez un peu comme cela, avec cette mante.

MÉNECHME. Que je danse ? tu perds la tête.

PÉNICULUS. Est-ce moi, ou vous ? Si vous ne dansez pas, ôtez-la donc.

MÉNECHME. J’ai eu trop de mal pour la dérober. Hercule, je crois, courut moins de dangers pour enlever à Hippolyte sa ceinture. (À Érotie.) Prends-la, puisque toi seule cherches ù me faire plaisir. Voilà comme devraient en user tous les vrais amants.

PÉNICULUS, à part. Oui, pour peu qu’ils soient pressés de se réduire à la besace.

MÉNECHME. Je l’ai achetée à ma femme il y a un an, pour quatre mines.

PÉNICULUS, à part. Quatre mines perdues, tout compte fait.

MÉNECHME, à Érotie. Sais-tu ce que j’attends de toi ?

ÉROTIE. Je sais que je ferai ce qui vous plaira.

MÉNECHME, à Érotie. Dis qu’on prépare chez toi à dîner pour nous trois ; envoie prendre au marché quelques bons petits mets, des ris de porc, du lard, un jambon, ou une hure, ou des rognons de cochon, ou quelque chose de ce genre, que l’on fasse cuire comme il faut, et qui, une fois sur la table, me donne un appétit de milan. Et tout de suite.