Page:Plaute - Comédies, traduction Sommer, 1876, tome 1.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


portier ici ? Ouvrez, et qu’on aille dire à Érotie que je l’attends devant la maison.


SCÈNE III. — ÉROTIE, MÉNECHME.

ÉROTIE. Qui me demande ?

MÉNECHME. Un homme qui te préfère à lui-même.

ÉROTIE. Cher Ménechme, pourquoi rester à la porte ? Entrez,.suivez-moi. MÉNECHME. Un moment. Sais-tu pourquoi je viens chez toi ?

ÉROTIE. Oui ; pour que je vous donne du plaisir.

MÉNECHME. Non pas, par Pollux ; mais, je te prie, rends-moi la mante que je t’ai donnée tantôt ; ma femme est au courant de toute l’histoire. Je t’en achèterai une qui vaudra deux fois plus que celle-ci, dès que tu voudras.

ÉROTIE. Mais je viens de vous la donner pour la porter chez le brodeur, avec cette agrafe, pour en faire faire une neuve chez l’orfèvre.

MÉNECHME. Tu m’as donné la mante et une agrafe ! jamais de ta vie. Depuis que je te l’ai apportée tantôt et que je suis allé sur la place, voici seulement que je reviens et que je te vois.

ÉROTIE. Je devine. Je me suis exposée à me faire voler, et vous en prenez le chemin.

MÉNECHME. Ce n’est pas pour, t’en faire tort que je te la demande ; je te répète que ma femme sait tout.

ÉROTIE. Je ne vous l’avais pas demandée ; c’est vous qui l’avez apportée et qui m’en avez fait cadeau. Maintenant vous la réclamez : soit, gardez-la, emportez-la, faites-en ce-que vous voudrez, votre femme ou vous, fourrez-la dans vos yeux si cela vous plait. Mais à partir d’aujourd’hui, ne vous y trompez pas, vous ne remettrez plus le pied ici, puisque vous vous jouez de moi malgré mes bontés. Vous apporterez de l’argent, vous ne m’aurez pas gratis. Cherchez-en une autre dont vous puissiez faire votre jouet. (Elle s’en va.)

MÉNECHME. Eh ! pas tant de colère ! Voyons, voyons, un moment ; reviens.

ÉROTIE. Restez là, s’il vous plait ! Et revenez encore chez moi ! (Elle rentre.)

MÉNECHME. Elle rentre, elle ferme : me voilà tout à fait à la porte ; ni chez moi ni chez ma maîtresse ou ne veut plus m'’écouter. Allons consulter mes amis sur ce que je dois faire.