Page:Polichinelle, 1906, éd. Kahn.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
38
Polichinelle

déposé la cuirasse qui avait donné l’idée à ses rhapsodes de l’en affubler.

Duranty, mieux inspiré que Champfleury, reste fidèle dans son théâtre des Marionnettes au type du Polichinelle du Guignol mais les légères saynètes ne sortirent pas du livre. On y trouve tout de même du Shakespeare, dans cette façon assez traditionnelle de manier Polichinelle et il est dans ce volume tel jeu d’intrigues qui rappelle les Joyeuses Commères de Windsor, sauf que les habiletés avec lesquelles les Commères font rosser Falstaff, sont mises en œuvre par un nommé Gripandouille pour faire assommer de vieilles dames qui l’accusent de vouloir séduire la femme de Polichinelle et l’exposent ainsi au terrible bâton.

Non, Polichinelle n’est pas un tribun, ni un économiste, ni un philosophe. Polichinelle, comme Pierrot, comme tous les personnages de la comédie des marionnettes et de la pantomime est un instinctif. Dans le théâtre sérieux ou farce on réfléchit ; dans le théâtre des marionnettes et de la pantomime, jamais ; les sens du personnage sont sollicités et il agit tout de suite. C’est pour cela qu’il amuse. Certes, Polichinelle trouve le temps de boire, de se