Page:Pompery - Quelennou var labour pe gonnidegues an douar, 1851.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 11 —


Terres calcaires. La zône calcaire peut s’étendre à une distance de quatre à six kilomètres de la mer. Tous nos cultivateurs savent combien les terres de la côte, sont fertiles par elles-mêmes, indépendamment de la facilité. qu’ont les habitants de se procurer les algues marines, goémons ou varechs, qui composent un engrais aussi puissant que le fumier d’étable. Aussi cette région produit-elle les plus riches récoltes en céréales, lins et racines ; mais les terres y sontsouvent affermées à un taux disproportionné avec leur rendement.

Terres argileuses ou terres fortes. Les terres argileuses ou terres fortes existent principalement dans les vallées que baignent ou avoisinent les bras de mer, rades ou baies intérieures à fonds vaseux. Ces terres sont souvent très-compactes, très-alumineuses [1], et, dans la saison d’hiver, les eaux des pluies les submergent de bonne heure, parce qu’elles reposent ordinairement sur un sous-sol de glaise ou argile pur imperméable. Cet inconvénient n’existe pas ou devient moins sensible dans les sols argileux reposant sur un sous-sol de schiste feuilleté, qui laisse filtrer les eaux. Nos terres fortes se composent de trois éléments pricipaux : l’argile, le sable et l’humus. Quand la quantité d’argile et de sable se trouvent en proportion convenable, la terre est moins compacte, elle est plus fertile et plus facile à cultiver. Malheureusement l’argile, dans certaines vallées, prédomine le plus souvent dans une proportion considérable.

  1. Alumine, argile pur.