Page:Pompery - Quelennou var labour pe gonnidegues an douar, 1851.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


.._ 17 .._

af‍in de l’°exposer plus complétement A l’action de Fatmospbere. Airant l‘biver,_on répand in la surface une couverture de funnier décomposé, et l'on seme dessus de la graine de~ foin. On peutaussi écobuer la superf‍icie, si l’on préfére ce moyen; mais un labour et un ameublissement seront béanmoins

I

.utilesV avant de répandre les cendres de‘tour-

be, sur lesquelles croit ordinairemeni un herbage trés-gras la premiere année. Si l’on ne dispose pas de cours d’eau susceptible d‘arroser fructueusement la prairie, on fume, de trois ans en trois ans, au moyen des terreaux que l‘on obtient dans les cbemins et is- sues en y portant deslandes, feuilles; sarclures, van- nures, etc. Sans Pemploi de l’un de ces moyens de fécondation, Ia tourbiére se desséche‘ trop , dans certaines années, pour étre productive. ' La tourbe pourrait aussi trouver un emploi tres- utile apres avoir été extraite, celui d’aider A l’aug- mentation de la masse des engrais, comme il sera dit plus loin. Elle peut encore servir comme combusti- ble. A cet ef‍l'et,_ on on forme de_s mottes dans le genre de celles que l’on fabrique dans les tanneries. C’est une ressource qui devrait, dans les pays dé- pourvus de bois, remplacer un déplorable abus, celui qui consiste £1 faire sécber et £1 bruler la house de vache pour suppléer :31 la pénurie des autres com- bustibles. '

La lourbe

proprc it divers usages.