Page:Pompery - Quelennou var labour pe gonnidegues an douar, 1851.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


__.23 _

couche de goémons décomposés qui se trouve dans le sable, puis une seconde couche d’argile qui com- pose le sous-sol. Ce travail lui‘ procure d’abord un engrais ,1e* goémon , et , en second lieu , l’élément le plus avantageux pour f‍ixer et consolider la couche de sable de la superf‍icie. Ce défrichement intelligent

a donné A M. de Credhquérault des résultats tres-

prompts et trés-productifs. A

Ce sont les plus fertiles aprés les terres calcaires , quand elles ne sont pas trop alumineuses. Une terre trés-compacte donnera néanmoins deriches récoltes, si l'on peut la diviser et Pégoutter convenablement. L’ameublissemen.t des sols de cettenatnre ne peut s'opérer, d’une maniére durable, qu’au moyen d’un inélange de cailloux ou de menues pierres ou d’une notable quantité de sables siliceux ou calcaires; mais on ne peut se procurer facilement ces matiéres

.qu‘autant que l’on est placé dans des circonstances

trés-farorables pet exceptionnelles. Dans les conditions

‘ ordinaires, cette opération deviendrait trop onéreuse

par les charrois considérables qu‘elle nécessiterait, pour pouvoir étre pratiquée. On est donc ordinaire~ ment forcé de se homer in atténuer chaque année

lextréme cohésion du sol , par l’application_ des amendements calcaires et des gros fumiers de landes, de genéts et de bruyeres A demi-consommés.

Le maérl , par son volume et le temps qu’il met in se dissoudre, convient mieux que le sable pour divi-

Tcrrcs argileuses.

Divers moyens d’ameub|ir les lerres compaclcs.