Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



On me disait : « Regarde ! »
Elle monte… tu sais… »
Je n’y prenais pas garde,
Imprudent que j’étais !

Car, cette Marne, fière
Du progrès de ses eaux,
Poursuivait sa carrière
Entre mille roseaux,

Active, opiniâtre…
Tant c’est, qu’un beau matin.
Par son onde jaunâtre
Mon seuil était atteint.

Cela devenait grave
Pour mes humbles lambris ;
Sans compter que ma cave,
Qu’est-ce qu’elle avait « pris » !

Bref, par une fenêtre,
Je dus fuir en bateau,
Avant que de connaître
Les méfaits de cette eau

Innombrable, effroyable.
Elle était trop ! D’autant,
Pour que je fuie au diable,
Qu’il ne m’en faut pas tant !