Page:Ponchon - La Muse au cabaret, 1920.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et, pris d’une folie amère
Avant qu’on pût l’en empêcher
À l’aide d’un couteau sommaire,
Ce « pied » courut son bras trancher.

Zèle intempestif, on veut croire.
Le bras gauche étant indiqué,
Quand ce ne serait que pour boire,
Lorsque le droit est fatigué.