Page:Port - Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, tome 1.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ANGERS — 33 — ANGERS

rente de 19 boisseaux de seigle et devait par contre fournir du pain à suffisance, pour la communion de la paroisse, le jour de Pâques.

Arch. de M -et-L., E. 604 et 1429.

Angelière (l’), f. Cne de Châteauneuf.

Angelière (l’), Cne du Champ.

Angreil de Kleinfeld (Henri-Alfred, né à Bayonne (Haute-Pyrénées), le 18 septembre 1798, commandait une brigade d’infanterie à Paris quand un décret du 1er septembre 1851 l’appela à Angers. Il s’y trouvait au moment de l'insurrection de la Marianne et fut à cette occasion élevé à la dignité de commandeur de la Légion-d’Honneur. Il y est mort le 21 décembre 1864. Par testament du 11 juillet précédent, il léguait aux hospices et au bureau de bienfaisance le mobilier de son hôtel, dont la vente a produit 52,000 francs nets à réunir au patrimoine des pauvres.

Angelucia, religieuse extatique de Fontevrault, morte vers 1170, le 9 octobre. D. Martène a reproduit, d’après un ancien Mss. des cisterciennes de Sainte-Marie-de-Ia-Miséricorde, le récit de ses visions écrit par un contemporain.

D. Martène. Thes. anecd., t. III. col. 1702. — D. Chamard, t. II, p. 74.

Angenais, f., Cne de Soulaire-et-Bourg.

Angenais, ham., Cne de Feneu, — Angenay (Cass.). — Les Eugenels (Et. M.).

Angenaudrie (l’), f., Cne de Gesté.

Angerais (l’), h., Cne de la Potherie.

Angerime, abbé de la Roë, vers 1115.

Angers (Arrondissement d'), placé à peu près au centre du Département, a pour confins les arrondissements, au N., de Segré (36 kil.) et de Baugé (40 kil.), au S., de Cholet (60 kil.). à l’E., de Saumur (48 kil.) et à l’O. le département de la Loire-Inférieure.

Il est traversé de l’E. à l’O. par la Loire, qui y reçoit à droite l’Authion et la Maine, à gauche le Layon, et par le chemin de fer d’Orléans à Nantes, croisé par les lignes du Mans et de Cholet.

Sa superficie, de 155,898 hectares, se divise en neuf cantons : Briolay, Chalonnes-sur-Loire, le Louroux-Bécconnais, les Ponts-de-Cé, St-Georges-sur-Loire, Thouarcé et les trois cantons N.-E., N.-O., et S.-E. d’Angers et en 89 communes formant une population en 1828, de 129,244 hab. ; — en 1836, de 138,4S9 hab. ; — en 1841, de 134,538 hab. ; — en 1846, de 152,442 hab. ; — en 1851, 154,945 hab. ; — en 1856, de 159,422 hab. ; — en 1861, de 156,981 hab. ; — en 1866, de 163,848 hab.

Le décret du 14 mars 1790 attribua au District d’Angers 17 cantons : Chantocé, le Louroux, Saint-Georges-sur-Loire, Bouchemaine, Saint-Clément-de la-Place, Avrillé, Pellouaille, Saint-Samson, Trélazé, Saint-Mathurin, Saint-Laud, les Ponts-de-Cé, Chalonnes-sur-Loire, Saint-Aubin-de-Luigné, Rochefort, Mazé et Blaison.

Un projet dressé par le directoire du Département (19 mars 1791), réduisait à 12 le nombre des cantons en distrayant Bècon, la Cornuaille, Saint-Clément-de-la-Place, le Louroux-Béconnais. La loi du 17 avril 1791 fixa à 50 le nombre des paroisses.

En l’an IV il n’existe plus de District. La loi du 28 pluviôse an VIII le rétablit sous le titre d’arrondissement et réunit à celui d’Angers les cantons du Louroux-Béconnais, Montreuil-Belfroy, Pellouaille, Trélazé, Saint-Mathurin, les Ponts-de-Cé, Blaison, Rochefort, Chalonnes, Ingrandes, Saint-Georges-sur-Loire et Savennières. — Il ne comptait plus en 1804 que les cantons nouveaux d’Angers N.-E., N.-O., S.-E.. Chalonnes, St-Georges-sur-Loire, le Louroux-Béconnais et les Ponts-de-Cé.

L’adjonction des cantons de Briolay et de Thouarcé, réclamée depuis l’an VIII presque chaque année par le Conseil général, par les maires réunis en 1815, par les députés en 1816, fut accordée pour le canton de Briolay par la loi du 14 juillet 1819 et en 1824 seulement pour celui de Thouarcé.

Le préfet fit fonction de sous-préfet jusqu’en 1811.

Au commencement de cette année les services d’une sous-préfecture furent installés dans un vaste hôtel, le second à gauche, à venir de la rue Flore dans la rue de l’Hôpital, vis-à-vis l’hôtel de Senonnes.

Sous-Préfets d’Angers : Frochot, nommé en janvier 1811 mais qui, avant même de prendre possession, partit en mission extraordinaire pour l’Espagne ; — Hippolyte-Jean-Charles de Kaerbout, auditeur au Conseil d’État (7 avril 1811) ; — Alexandre-Charles-Marie Maugin de la Pastandrie (V. ce nom), nommé le 22 juillet 1814, installé le 11 août ; — Jean François Leterme-Saulnier, délégué à titre provisoire le 20 avril 1815, nommé le 10 juin 1815, installé le 20 ; — Maugin de la Pastandrie, rétabli le 21 juillet 1815.

La même année la sous-préfecture fut supprimée par ordonnance du 20 décembre.

Angers (Cantons d’). — I. — Canton N.-E. borné au N. par le Loir, au S. par le canton S.-E. d’Angers, à l’E. par l'arrondissement de Baugé, à l’O. par le canton N.-O. — 13,781 hectares.

Il comprend, outre la ville, 7 communes : Saint-Barthélémy, Écouflant, Pellouaille, le Plessis-Grammoire, Sarrigné, Saint-Silvin, Villevéque, — ensemble, en 1831, 6,948 hab. ; — en 1841, 7,373 hab. ; — en 1851, 7,347 hab. ; — en 1861, 7,239 hab. ; — en 1866, 8,238 hab.

C’est la réunion des 7e et 8e cantons de l’organisation de 1790, où figuraient les paroisses supprimées du Perray et de Foudon, et en 1791, partie du canton de Trélazé.

Le chemin de fer du Mans à Angers le traverse du N. ou S. avec station entre Écouflant et Saint-Silvin.

II. — Canton N.-O. borné au N. par le canton du Lion-d’Angers, au S. par la Loire, à l’E. par le canton S.-E., à l’O. par le canton de Saint-Georges-sur-Loire. — 13,971 hectares.

Il comprend 10 communes : Avrillé, Beaucouzé, Bouchemaine, Cantenay-Épinard, Juigné-