Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




I


Déc. 188…


Je fais des vers depuis qu’elle m’est apparue,
            Mais son mari n’est pas trompé.
En rentrant, je la croise au détour de ma rue ;
            Elle passe au fond d’un coupé.

Son front n’est pas joyeux des caresses dernières ;
            Elle a des robes d’autrefois.
Reines de rois jaloux qui semblez prisonnières,
            Je pense à vous quand je la vois.