Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXIII


Fév.,
par un commissionnaire.


Je sais qu’elle a des yeux trop beaux pour qu’on s’en passe,
Que son mari n’a pas de malheurs conjugaux ;
Je sais que sa pudeur exige qu’on espace
            Un peu les madrigaux.

Je sais son petit nom ; j’ai vu son écriture ;
Je connais ses penchants ; je sais, sans l’offenser,
Le type d’homme auquel elle pourrait penser,
            Pour ma peine future.