Page:Porto-Riche - Bonheur manqué, 1889.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXV


Fév.,
Comédie-Française.


Elle entra lentement, belle avec certitude.
Je trouvais son regard meilleur que d’habitude ;
Puis, elle n’avait pas près d’elle son mari.
J’étais triste et pourtant, de mon coin favori,
Je sentais à travers ma peine accoutumée
L’appui mystérieux de sa présence aimée.
Mais son dédain passé m’avait tant fait pleurer
Que mon cœur n’avait plus la force d’espérer.