Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
185
BUS


Burgault, sr de la Hannière.

Déb. réf. 1669, ress. de Saint-Malo.

Parti au 1 : de gueules au lion d’or, surmonté d’une tour de même et adextré de trois autres tours l’une sur l’autre aussi d’or ; au 2 : d’argent à l’arbre de sinople terrassé de même, coupé d’azur à trois fontaines ou vases d’argent (Arm. 1696).

Un grand-maître alternatif des eaux et forêts de Bretagne en 1714.


Burin (orig. de Paris), sr de Ricquebourg, — de la Neuville.

D’azur à la bande d’argent, côtoyée de deux fleurs de souci d’or (La Ch. des B.).

Robin, secrétaire du Roi en 1654 ; François, commandant des villes de Port-Louis, Lorient, Hennebont, Pontscorff et Quimperlé, obtint par lettres de 1743 l’érection en fief, sous le nom de Burin-Ricquebourg, des landes de la paroisse de Riantec.


Burnet.

De gueules à trois étoiles d’argent ; au chef de même (Sceau 1372).


Burons (des) voyez Gascher.


Burot, sr de * Carcouët, par de Saint-Herblain, — du Pé, par. de Saint-Pierre-de-Bougnenais, — de la Rétière, — de l’Isle.

Déb. réf. 1669, ress. de Nantes.

D’argent à trois têtes de loup arrachées de sable (Arm. 1696) aliàs : écartelé d’azur à trois étoiles mal ordonnées d’or.

Deux échevins de Nantes en 1659 et 1703 ; un président aux comptes en 1758.


Bury, sr des Granges, par. de Saint-Aubin-des-Châteaux.

Déb. réf. 1670 resssort de Nantes.


Buschon.

D’azur à trois fleurs de lys d’argent (Arm. de l’Ars.).


Busnel, sr de Champégné, de la Touche-Grippé et de la Mauviais, par de Cesson, — de Launay-Busnel, par. de la Gouesnière, — de la Mérauldière, — de la Guillemenière, par. de Laillé, — de Monterfil, — de la Retardais, — du Bois-Paris, — de la Chevalerie, — de la Garenne, — de la Touche, par. de Louvigné-de-Bais, — de * Montoray, par. de Saint-Maugan, — de Servigné, par de Chancé.

Ext. réf. 1669, cinq gén., réf. 1513, par. de Cesson, év. de Rennes, Bonaban et l’Isle-Mer, év de Dol.

D’argent à l’épervier au naturel, longé, grilleté et becqué d’or, perché sur un écot de sable.

Perrot, praticien en cour séculière, non contribuant, réformation de 1427, paroisse de Cesson ; Jean, épouse avant 1513 Olive de Broons ; autre Jean, connétable de Rennes ; père : 1º de Charles sr de la Retardais, conseiller au présidial de Rennes ; 2º de Julien, sr de la Mérauldière, anoblis l’un et l’autre, par lettres de mars 1592 ; Julien, sr de la Mérauldière qui précède, se trouva à l’armée du roi Henri II contre l’empereur Charles Quint, tant au siège de Cambrai en 1553 qu’à la bataille de Valenciennes en 1557 où il fut blessé d’une arquebusade à la cuisse, et depuis à la conquête du Hainaut et de l’Artois.

Tome I.
24