Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
198
CAM

Anc. ext. chev., arrêt du parl. de 1776, quinze gén., réf. et montres de 1469 à 1535, par. de Plumieux, év. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois fasces échiquetées d’argent et d’azur (Sceau 1405). Devise : Jamais en vain.

Alain, sire du Cambout. fils Gilles, épouse en 1271 Jeanne Bedou dont : Gilbert, marié avant 1347 à Marguerite de Goyon-Matignon, père 1º de Jean, tué à la bataille d’Auray en 1364 ; 2º d’Alain, marié à Jeanne Tournemine qui ont continué la filiation.

Cette maison a produit des chevaliers bannerets, des échansons, grands veneurs et grands maîtres des eaux et forêts de Bretagne ; des capitaines de cinquante et cent hommes d’armes des ordonnances du Roi ; plusieurs chevaliers de Malte depuis 1584 ; des chevaliers des ordres du Roi ; trois abbés de Saint-Gildas-des-Bois depuis 1608, dont le dernier, évêque d’Orléans, puis cardinal et grand aumônier de France, † 1706 ; un évêque de Tarbes, † 1729 ; un abbé de Geneston, de la Vieuville et de la Villeneuve, † 1690 ; deux lieutenants-généraux des armées du Roi en 1641 et 1668 ; une abbesse de Nidoiseau au diocèse d’Angers en 1695 ; un évéque de Metz, dernier duc de Coislin, † 1732, en qui s’est éteinte la branche aînée.

La terre du Cambout passa au dernier siècle aux princes de Lambesq de la maison de Lorraine qui la revendirent en 1744 à une branche cadette du Cambout, dont deux membres admis aux honneurs de la Cour en 1751, deux maréchaux de camp en 1770 et 1816, et un pair de France en 1823 † 1837. Cette dernière branche s’est éteinte en 1873.


Cambronne, (or. de Picardie).

D’azur au lion d’or, à l’orle de dix grenades d’argent.

Un général de brigade en 1813, baron de l’Empire, puis vicomte par letttres du Roi de 1818 † 1842.


Cameru (de), sr dudit lieu, par. de Guidel, — de Trogouarast, par. de Lanmodez, — de Kerouspy, par. de Cavan, — du Cosquer, — de Rossalic, — de Loffer, — de Leurarmoris, par. de Plounéventer.

Anc. ext, réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1425 à 1543, par. de Guidel, év. de Vannes et Lanmodez, év. de Dol, enclaves de Tréguier et Plounéventer, év. de Léon.

Ecartelé aux 1 et 4 : d’azur à la coquille d’argent ; aux 2 et 3 : d’argent au croissant de gueules, accomp. de quatre billettes en croix de même Devise : En quichen rei é ma quéméret (Après donner, il faut prendre).

Thérézien épouse vers 1470 Françoise de la Porte.

La branche de Kerouspy par alliance avec les Pérennez, porte les armes de Pérennez chargées en cœur de celles de Cameru.

Le sr de Lescao, débouté à l’intendance en 1702.


Camper (du), voyez Nourquer.


Campion, sr de Portzlazou, év. de Tréguier.

De sinople au sautoir d’argent, cantonné de quatre coquilles de même (G. le B.). voyez Coadallan.


Campion (le), sr de Pontlosquet, par. de Coatréven, — de Kerrez, par. de Plourivo.

Déb. réf. 1670, ress. de Lannion ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Coatréven et du Minihy, év. de Tréguier.

De sable au léopard d’or, au chef d’argent.