Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


par. de Plouigneau, — de Keruzec, par. de Pleumeur-Bodou, — de Rosserff — de Kergadiou et de Leingouez, par. de Guimaëc, — de Blavon, par. de Bédèe.

Anc. ext. chev., réf. 1669, quinze gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Tréméven et Plourhan, èv. de Saint-Brieuc, Tonquédec et Louannec, év. de Tréguier et Bédée, év. de Saint-Malo.

De gueules à neuf (aliàs : sept) annelels d'argent 3. 3. 3. (Sceau 1298). Devise : Item, item.

Geslin, filsjuveigneur d'Henry, comte de Penthièvrc et do Mahaut de Vendême, sénéchal de Goéllo en 1220 et tuteur de son neveu Henry d'Avaugour, reçut en partage la baronnie de Coetmen dont il prit le nom, et laissa de l'héritière de Tonquédec : Alain, marié à Constance de Léon ; Rolland, fils des précédents se croisa en 1270, et épousa Annette de Laval.

La branche ainée se fondit en U95 dans la maison dCAcignè, d'où la baronnie de Coêtmen est passée aux Cossé-Brissac puis aux Neuville de Villeroy qui la vendirent aux la Pierre de Talhouêt et ceux-ci en 1737 à Alexis-René de Coêtmen, sr de Kergadiou, maréchal de camp en 1748 dont la fille ainée la porta par mariage aux Rouge en 1748, tandis que la fille cadette transmit par alliance en 1759 Kergadiou aux Caradeuc et successivement aux Kermarec, puis aux Mauduit.

Coêtménech (de), vicomte dudit lieu par. de Plouider, — sr de Coëtjunval, par. de Ploudaniel, — de Kerrom et de Rucat, par. du Minihy de Léon, — de Keranhoat, par. de Loperhet, — de Penandreff. par. de Plourin.

Réf. et montres de 1446 à 1503, par. de Plouider, Kerlouau, Plourin, Languengar, Ploudaniel et le Minihy, év. de Léon.

Fascé de vair et de gueules (Sceau 1418), Devise : Soit.

Prigent vivant en 1373, marié à Tiphaine du Chastel.

La branche ainée fondue au xv« siècle dans le Vayer, d'où la vicomté de Coêtménec'h a appartenu successivement aux la Feillèe, Beaumanoir, Rosmadec, Kergroades, Montmorency et par acquêt aux Barbier de LescoM.

La branche de Coëtjunval fondue dans du Loui't qui ont retenu les armes de Coëtménec'h ; le chef d'une autre branche en épousant l'héritière de Lesguern, en Saint-Frégan, prit ainsi que ses descendants le nom de Lesguern, mais en conservant les armes de Coêtménec'h. Voyez Lesguern.

CoëTmeUR (de), sr dudit lieu et de Daoudour, par. de Plougourvest, — de Kermilin, par. de Trefffaouénan, — de Lescoat, par. de Plougujn, év. de Léon.

D'argent à un écusson de gueules en abyme, à l'orle de six croix recroisettées d'azur, voyez Sylvestre.

Sylvestre, fils d'Yvon, chevalier en 1260.

La branche ainée fondue au commencement du xv« siècle dans Tournemine, d'où la seigneurio de Coetmeur a appartenu successivement par alliance aux Vieux-Pont, aux Rieux ; par acquêt en 1702, aux Danycan, puis aux Rofian-Chabot.

La branche de Lescoat fondu dans Saint-Denis, puis Boiséon, et la BourdonnayeMontluc.

CoèTmOhAn (de), sr dudit lieu, par. du Merzer, — de Guernanchanay, par. de Plouaret, év. de Tréguier.

D'argent au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lys d'argent, (Sceau 1385) ; aliàs : une croix cantonnée de quatre hures de sanglier (Sceau 1365).