Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/324

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
287
COR
Coq (le), (or. de Normandie).

Mi-parti : de gueules à 2 léopards d'or, l'un sur l'autre, qui est de Normandie, et d'azur à 3 poissons d'argent, qui est de Luron ; au chef d'hermines : Devise : Missus a Deo.

Un évêque de Luçon en 1875, transféré à Nantes en 1877.

Coq (le), sr de la Ribergère, — de la Martinais, — de Monfromerie, par. de la Chapelle-Janson.

De sinople à trois gerbes de blé d'or (Arm. 1696).

Coquebert (orig. de Champagne), sr de Crouy, — de Montbré, — de Touly.
De gueules à trois coqs d'or.

Oudart, secrétaire du Roi en la grande chancellerie en 1576.

Une branche établie en Bretagne a donné, depuis 1723, plusieurs officiers à la milice de Nantes.

Coquillonnais (de la), par. de Combourg.

D'argent à 3 coquilles de sable (Arm. de l'Ars).

Coran (de), sr dudit lieu et du Mescouëz, par. de Plougasnou, — de Launay, — de Kergoat, — de Runadou, — de la Villeneuve, — de Kernoter, par. de Plouêzoc'h.

Anc. ext., réf. 1670, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Plougasnou, év. de Tréguier.

De sable à une molette d'argent, accomp. de trois fleurs de lys de même.

Maurice, épouse en 1472 Jeannette Marrec. (Famille éteinte en 1763). Le sr du Resto, par. de Pluduno, débouté à la réformation de 1669.

Corbel, sr de Kerdaniel, — de Rozonnet, — de Kerilliau.
Déb., réf. 1668, év. de Tréguier.

D'argent à trois corbeaux de sable.

Gillette, épouse en 1660 François de Kermabon. Un sous-lieutenant de vaisseau en 1786.

* Corbière (de la) (orig. du Maine), sr dudit lieu, — de Juvigné, — de la Chapelle-Craonnaise, — de Vahais, — de Mortelêve, — du Feu, — de Bois-Robin, — de la Bénischère, — des Alleux.
Anc. ext. chev., réf. 1670, neuf gén., ress. de Rennes.

D'argent au lion de sable, armé, lampassé et couronné de gueules.

Philippe et Guillaume, croisés en 1248 (cab. Courtois) ; Jean, écuyer dans une montre reçue au Mans en 1392; Pierre, épouse vers 1400 Françoise de la Roche ; trois conseillers au parlement depuis 1653 ; deux abbés de la Valence au diocèse de Poitiers en 1649 et 1685 ; deux chevaliers de Malte depuis 1669; un page du Roi en 1731 ; un abbé de Talmont, au diocèse de Luçon en 1784.

La branche ainée fondue dans Bouillé, puis Cervon, et en 1606 dans Quatrebarbes branche de Juvigné fondue en 1760 dans Hardas ; la branche de la Vahais, fondue en 1853 dans Chabot de Thénies.