Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



D’argent à la fasce d’azur, chargée de trois coquilles d’or, et accomp. de six merlettes contournées de sable, rangées 3. 3 ; aliàs : d’argent à six merlettes de sable 3. 2. 1., au chef de gueules chargé de trois coquilles d’or (G. G.).

Une fille à Saint-Cyr en 1692 et une dame de Saint-Cyr en 1759.

Esdrieux (d’), Ou Drieux (des), sr dudit lieu, par. de Conquereuil, év. de Nantes.

D’azur à la fasce d’or, accomp. de trois glands de même ; à la bordure de sable (G. le B.).

La branche aînée fondue en 1450 dans de Bruc.

Esmez, sr du Fretay et de la Villevalio, par. de Saint-Brandan, — de Trébuart, — de Kerservant, par. de Langoèlan, — de Créménec, par. de Priziac, — de Keraudren, par. de Ploërdut, — de la Coudraye, par. de Tréméoc.

Anc. ext., réf. 1669, huitgén., réf. et montres de 1426 à 1536, par. de SaintBrandan, év. de Saint-Brieuc, Langoëlan, Priziac et Ploërdut, év. de Vannes.

De gueules à six billettes d’argent, 3. 2. 1.

Guillaume, épouse vers 1481 Guillemette Chatton.

La branche de Kerservant et de Créménec fondue au XVI« siècle dans Talhouët.

Esnoul, sr des Châtelets, près Lorient.

Coupé d’azur et de gueules, l’azur chargé de deux châteaux d’or et le gueules de deux ancres d’argent, en sautoir.

Un maire de la ville de Lorient en 1774, rapporteur du point d’honneur au tribunal des maréchaux de France, anobli en 1784.

  • Esparbez (d’) (orig. d’Armagnac), sr de Lussan, — marquis d’Aubeterre, — srde la

Motte-Bardigues, — de Coignax, — de Flourès.

D’argent à la fasce de gueules, accomp. de trois merlettes de sable.

Jean, maréchal de France en 1620, marié en 1597 à Hippolyte Bouchard, vicomtesse d’Aubeterre, dont les descendants ajoutèrent dans quelques branches le nom de Bouchard à celui d’Esparbez ; une abbesse de Saint-Sulpice de Rennes en 1727 ; un commandant en chef en Bretagne en 1780, maréchal de France en 1783 † 1788.

Esperonnière (de L’), sr dudit lieu, par. de Princé, — de la Barre.

Déb., réf. 1671, réf. de 1513, par. de Princé, év. de Rennes (Protest, de 1788).

D’or à trois molettes de sable.

  • Esperonnière (de L’) (orig. d’Anjou, y maint, en 1667), sr dudit lieu, par. de Vezins,

près Cholet, — de la Roche-Bardoul, prés Chemillé, — de Vritz, par. de ce nom, — de la Ville-ès-Moles et du Henleix-Pommerais, par. de Saint-Nazaire.

Maint, au conseil en 1701, ress. de Nantes.

D’hermines fretté de gueules.

Un chevalier de Malte en 1659; un conseiller au parlement en 1752.

Tome I. «