Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3
ADV
— sr d’Amanlis, par. de ce nom, — de Sillé-le-Guillaume, au Maine, — de Chollet et de Bécon, en Anjou, — baron de la Roche-Jagu, par. de Ploëzal, — comte de Grandbois, par. de Landébaëron, — sr de Troguindy, par. de Penvénan, — de la Touche-à-la-Vache, par. de Créhen, — de Carnavalet ou Kernévénoy, par. de Quimper-Guézennec, — de Carnabat, par. de Plouizy, — du Bois-Joli, par. de Chauvé, — de la Motte-au-Vicomte, par. du Rheu, — de la Villemario, par. de Saint-Quay, — de Kervenniou et de la Ferté, par. de Plouigneau, — de Keruzec, par. de Plomeur-Bodou, — de la Villequéno.

Anc. ext. chev. réf. 1670, dix-sept gén. réf. et montres de 1426 à 1543, par. d’Acigné et du Rheu, év. de Rennes, Guichen et Loyal, év. de Saint-Malo, Chauvé, év. de Nantes, Saint-Quay, év. de Dol, Ploëzal, Penvenan et Landébaëron, év. de Tréguier.

D’hermines à la fasce alésée de gueules, chargée de trois fleurs de lys d’or. Devise : Necque terrent monstra.

Hervé, témoin d’une donation du duc Alain III, au mont Saint-Michel en 1040 ; Alain, prend les armes en 1205 pour venger la mort du duc Arthur ; Georges, porte trois molettes sur un sceau de 1321 ; Jean, combat glorieusement à la bataille de Nicopolis en Turquie, en 1396 ; Pierre, frère du précédent, grand sénéchal de Provence, attaché à la personne de Louis, comte d’Anjou, qu’il accompagna à la conquête de Provence et à celle des royaumes de Naples et de Sicile † 1416 ; Amaury, évêque de Nantes, en 1462 † 1477 ; Jean, à la bataille de Pavie en 1524 ; Louis, évêque de Nantes et abbé du Relecq, † 1542 ; François, frère du précédent, abbé de Beauport en 1540 ; autre François, tué à la bataille de Moncontour en 1579 ; Charles, abbé de Coëtmalouen en 1636.

La seigneurie d’Acigné a été érigée en marquisat l’an 1609 en faveur de Charles de Cossé-Brissac, second fils de Charles, maréchal de France, marié en 1573 à Judith, dame d’Acigné. Ce marquisat appartenait en 1637 à Julien Freslon, sieur de la Freslonnière, président à mortier et son arrière-petite-fille l’apporta en mariage, l’an 1710, aux Talhouët de Bonamour.

La branche de Grandbois s’est fondue en 1684 dans les ducs de Richelieu; celle de Carnabat dans Coatrieux, puis Jehan de Launay.


Adam, sr de Tourault.

Réf. 1427, par. de Plouigneau, év. de Tréguier.

D’or à une tour crénelée de sable, sommée d’un tourillon de même.


Adam, sr de Kermalvézen, par. de Plestin, — de Goashamon.

Déb. réf. 1669, ress. de Lannion.

Vairé d’argent et de gueules, à la bordure de sable, besantée d’argent. (G. le B).


Adam (or. du Poitou) sr de la Brandaisière, par. de Sainte-Pazanne, év. de Nantes.

D’azur au lion d’argent. (Arm. 1696).

Cette famille qui a produit trois auditeurs des comptes de 1571 à 1606, s’est fondue en 1653 dans la Roche-Saint-André.


Advocat (l’) ou Ladvocat, sr de la Crochais et de Landorel, par. de Ploubalay, — de la Baronnais, par de Saint-Énogat, — de la Provostaye, par. de Créhen, — de la Salle, — du Pont, — de la Vieuville, — de Lesraudais, — de la Lande, — de Leffandais.