Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
60
BÉC


Beauvis, sr de la Rivaudays, par. de Frossay.

Déb. réf. 1670, ress. de Nantes.

D’or au chevron de sable, accomp. de trois chouettes de même. [G. le B.).


Bec. (du) (orig. de Normandie, y maint. en 1669), sr dudit lieu, — de la Bosse, — de Boury, — marquis de Vardes, — comte de Moret.

Fuselé d’argent et de gueules.

Gilbert de Brionne, dit Crespin, baron du Bec-Crespin, l’un des fondateurs de l’abbaye du Bec, en 1034 ; Guillaume, sr de Varenguebec, connétable de Normandie et maréchal de France en 1283 ; Charles, vice-amiral de France, père de Philippe, successivement évêque de Vannes, Nantes et archevêque de Reims, l’un des prélats assistants du concile de Trente, † 1605, oncle de Jean, évêque de Saint-Malo, † 1610 ; Renée, veuve du maréchal de Guébriant, nommée à l’ambassade de Pologne en 1645 ; Antoine, comte de Moret, lieutenant-général, tué d’un coup de canon au siège de Gravelines en 1685.

Fondu dans Rohan.


Bec (le), sr de Kerjégu, — de Penancoat, év. de Léon.

D’argent à un arbre de sinople, accomp. en chef de deux têtes d’aigle de sable (Arm. 1696).

Prigent, maire de Lesneven en 1698.


Bécart, sr des Aulnays, év. de Saint-Malo.

D’azur à la rose d’argent ; au chef d’or, chargé de trois maillets de gueules.

Un secrétaire du Roi près la chancellerie de Pau, en 1777.


* Becdelièvre, vicomte du Bouëxic en 1637, par. de Guipry, — sr du Boisbasset, par. de Maure, — de Sainte-Maure, par. de Mernel — de Bury, par. de Chavagne, — de la Motte, — du Brossay, par. de Guémené-Penfao, — de la Busnelays, — de la Seilleraye, par. de Carquefou, — de Penhoët, par. de Fégréac, — marquis de Tréambert, en 1717, par. de Saint-Molf, — sr de Belair, — de la Vallée, — du Hautbois, — de la Roche-Hervé, par. de Missillac, — de Téhillac, par. de ce nom, — marquis de Quévilly en Normandie, en 1654, — sr de Sasilly en Anjou.

Ext. réf. 1669, sept gén., réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Lohéac, Guipry, Maure et Goven, év. de Saint-Malo, et Chavagne, év. de Rennes

De sable à deux croix d’argent, au pied fiché et tréflé, accomp. d’une coquille de même en pointe. Devise : Hoc tegmine tutus.

Guillaume, fils de Thomas, originaire de Lohéac, secrétaire du duc Jean V, anobli par lettres du 12 juillet 1442 et sa maison, par. de Saint-André-des-Eaux, év. de Dol, franchie, laissa de Jeanne Sorel : 1º Thomas, auteur de la branche du Bouëxic, éteinte en 1784 ; et de la branche des marquis de Tréambert, qui existe encore ; 2º Pierre, trésorier de Bretagne, procureur des bourgeois de Rennes en 1490, auteur de la branche du Boisbasset, éteinte, et de celles de Penhoët et du Brossay qui existent encore ; 3º Charles, élu à Chinon en 1492, secrétaire du Roi à la grande chancellerie en 1515, auteur de la branche de Quévilly en Normandie, fondue dans Montmorency.

Cette maison a produit un président aux enquêtes en 1652 ; cinq premiers présidents aux comptes, depuis 1678 ; deux chevaliers de Malte, depuis 1715 ; deux présidents à mortier au parlement de Rouen, depuis 1681 ; quatre pages du Roi, depuis 1715 ; deux brigadiers de cavalerie, depuis 1780 ; un évéque de Nimes en 1738 † 1781 et un commandant de l’armée pontificale à Castelfidardo en 1860.