Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 88 )


SIXIÈME JOURNÉE.


Je fus réveillé par Zoto, qui me dit que j’avois dormi très-long-temps, et que le dîner étoit prêt. Je m’habillai à la hâte, et trouvai mes cousines qui m’attendoient dans la salle à manger. Leurs yeux me caressoient encore ; et elles sembloient occupées de la veille plus que du dîner que l’on servoit. Lorsque l’on eut ôté la table, Zoto prit place auprès de nous, et continua en ces termes le récit de son histoire.


Suite de l’histoire de Zoto.


« J’avois promis de vous parler