Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VIII

TADOUSSAC




La bourgade d’autrefois et le vieux bourg d’aujourd’hui — L'Hôtel Tadoussac — La petite chapelle des sauvages.





PARLER de Tadoussac, c’est remonter au berceau de l’histoire canadienne : car, un poste de commerce en plein sur le fleuve Saint-Laurent fréquenté par une foule d’Européens et dont le port sert à ancrer des navires de toutes les nationalités, au commencement du XVIe siècle, c’est assurément un sujet d’intérêt non seulement pour les gens du pays, mais pour tous les habitants du continent découvert par Christophe Colomb.

Le 1er septembre 1535, Jacques Cartier débarquait à Tadoussac.

En 1628, une flotte anglaise, sous le commandement de l’amiral Guillaume Kirtk, s’emparait de Tadoussac.

Quelques années plus tard, en 1632, le frère de l’amiral Guillaume Kirtk, Jacques-Michel, y expirait et, après sa mort, les aborigènes déterraient son cadavre et le livraient en pâture à leurs chiens.

Et que d’autres faits des premières heures de l’histoire canadienne se sont passés au pays de Tadoussac. Longtemps avant Cartier, Tadoussac était l’endroit où