Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
le tour du saguenay

Parce qu’il est bon et beau, ce saumon est un poisson intéressant. On peut dire qu’il est un poisson d’eau douce. Il passe la première année de son existence, qui est très longue, continuellement dans l’eau douce, émigrant quelquefois à l’océan.

Le saumon habite de préférence dans l’embouchure des fleuves. Au commencement du printemps, les femelles remontent les fleuves, suivent les rivières et vont déposer leurs œufs dans des espèces de fosses creusées par elles dans le sable. Les mâles les suivent.

Les saumons suivent un certain ordre dans ces migrations périodiques. Une femelle, la plus grosse de la troupe, marche en tête : les autres femelles la suivent, nageant deux à deux ; puis, viennent les mâles et ensuite les jeunes saumons.

Ils franchissent, dans cet ordre, des cascades et des digues, car ils peuvent faire des sauts de cinq ou six pieds de hauteur. On a vu des saumons réussir à franchir la passe aux saumons érigée sur la Rivière-à-Mars, près de la Baie des Ha ! Ha !, district du Saguenay, laquelle passe a sept pieds de haut.

La vitesse avec laquelle nagent les saumons égale celle d’une locomotive de chemin de fer. Ils franchissent par seconde une distance d’environ vingt-quatre pieds. Cette célérité du saumon est due à sa conformation : sa queue large est une rame très puissante.

Les saumons vivent d’ordinaire d’insectes, de vers et de jeunes poissons. Ils s’élancent avec la rapidité de l’éclair sur les moucherons qui volent à la surface des eaux.

Le district de Québec est fécond en saumons : beaucoup de rivières qui coulent de Québec au Labrador,