Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
137
le tour du saguenay

IV

LA POINTE-AUX-ALOUETTES




Nous croyons intéresser les touristes en publiant, dans le français du temps passé, les extraits des Mémoires de Champlain touchant la Pointe-aux-Alouettes. On verra que cette pointe historique est fort minutieusement décrite par le découvreur de Québec qui la reconnut dès son premier voyage, en 1603, alors qu’il y fit son premier traité de paix avec les Montagnais.

Il est assez remarquable de constater comme cet endroit n’a guère changé depuis cette époque lointaine.

Voici ces extraits des Mémoires de Champlain :

1603 — Le 24 de may nous vinsmes mouiller l’ancre devant Tadousac, et le 26, nous entrasmes dans le dict port qui est faict comme une anse, à l’entrée de la rivière du Sagenay, où il y a un courant d’eau et marée fort estrange pour sa vitesse et profondité, où quelques fois il vient des vents impétueux à cause de la froidure qu’ils amènent avec eux. L’on tient que laditte rivière a quelque quarante-cinq ou cinquante lieues jusques au premier sault et vient du costé du Nord-Norouest. Le dict port de Tadoussac est petit, où il ne pourroit que dix ou douze vaisseaux ; mais il y a de l’eau assés à l’Est, à l’abry de la dite rivière de Sagenay, le long d’une petite montaigne qui est presque coupée de la mer.