Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
le tour du saguenay


VI

LES RÉSERVES DU CLERGÉ[1]




En 1870, sir James Lemoine écrivait :

« Chaque jour voit disparaître quelque lambeau de notre passé. Ce qu’une génération, un parlement même avait regardé comme un dépôt sacré, inviolable, la génération suivante en fera des gorges chaudes : le parlement suivant l’anéantira d’un trait de plume. Ainsi s’est envolé le régime des seigneuries, tout sauvegardé qu’il fut par l’antiquité des siècles, à l’est du Canada ; ainsi s’est dissipé, sous l'haleine des “grits” haut-canadiens, comme une fumée, le système des “Réserves du Clergé”, à l’ouest.

« Le temps sera où nos neveux, les yeux anxieusement fixés sur un passé obscur, seront à se demander ce que pouvaient être ces incroyables droits et privilèges du seigneur, ces mystérieuses “Réserves du Clergé”, qui préoccupèrent si puissamment leurs illustres ancêtres. Bien que contemporains, nous-mêmes, des débats que ces questions brûlantes ont suscités, nous fûmes longtemps avant de pouvoir saisir, dans toute leur réalité, la plénitude de ces droits seigneuriaux ; et une des plus piquantes explications des “Réserves du Clergé anglican” nous fut fournie par le spirituel bibliothécaire et chapelain de l’ancienne chambre d’assemblée, le Rév. Dr Adamson, maintenant décédé.

  1. Les réserves du clergé existaient dans Charlevoix.