Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
le tour du saguenay



IV

UN PAYS TOURMENTÉ.




La « contrée » des tremblements de terre — La Baie Saint-Paul — Légendes et Traditions — Les Éboulements — Saint-Irénée — Les Anglais dans Charlevoix en 1759.




NOUS arrivons à la Baie Saint-Paul après avoir contourné le cap Saint-Joseph vis-à-vis le bas de l’Île-aux-Coudres. La ville est bâtie tout au fond de la Baie et la gare s’élève tout près. Le quai, construit aux pieds de crans abruptes, est éloigné du village de plus de deux milles. Dans la baie se décharge la Rivière-du-Gouffre. Ce maëlstroom était autrefois l’effroi de tous les navigateurs. C’est là où, par les marées baissantes, les divers courants des îles situées plus haut, se rencontrent et viennent frapper la plage de l’Île-aux-Coudres, vers la Pointe-au-Pic, puis rebondissent sur le côté opposé de la Baie en nombreux tourniquets. Aujourd’hui, le gouffre s’emplit peu à peu de sable et il n’est plus méchant.

M. l’abbé Chs Trudelle, un des premiers curés de la Baie Saint-Paul, a fait de magnifiques descriptions de cette place dont il dit qu’il n’est pas dans le pays une seule paroisse qui offre « autant d’intérêt au touriste, au poète et au naturaliste que la Baie Saint-Paul ».