Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
le tour du saguenay


VI

LA POINTE-AU-PIC




Les impressions d’un chroniqueur — Un peu d’histoire — Les Écossais à la Malbaie — Souvenirs de la Conquête — Description.






LE 26 juillet 1884, le grand peintre de la côte nord du Saint-Laurent, Arthur Buies, écrivait à propos de la Pointe-au-Pic :

« Rien n’est plus pittoresque, plus rafraîchissant, plus varié, plus gracieux que ce morceau de paradis terrestre égaré sur les flancs des Laurentides. Quelle diversité, quelle fécondité, quels luxueux caprices de nature ! Vous avez ici tous les aspects, toutes les beautés, toutes les grâces unis à toutes les pompes du paysage. Près du fleuve, un rivage accidenté, coupé de petits caps et de ravines perdues : des sentiers qui sortent de toutes parts et qui mènent on ne sait où, des bordures verdoyantes qui s’échappent avec mystère d’un bois de sapins, des coteaux à peine ébauchés, qui naissent pour ainsi dire sous les pas et qui bornent un instant l’horizon pour laisser entrevoir ensuite des perspectives illimitées ; toutes espèces de petites tromperies séduisantes, des mamelons innombrables couronnés d’un petit bouquet d’arbres isolés comme la mèche de cheveux sur la tête rasée d’un Indien ; des détours, des méandres imprévus,