Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
61
le tour du saguenay

vacances proprement dite, une maison pour les religieuses du Bon Conseil qui entretiennent la villa et font la cuisine, et une chapelle qui est l’ancienne église de Sainte-Catherine. En 1913, les prêtres du Séminaire ont construit, à l’extrémité de la Pointe, un joli kiosque qu’ils ont décoré justement du nom de Pavillon Champlain. De ce pavillon, la vue que l’on embrasse est splendide.

Entre la Pointe-aux-Alouettes et la Pointe-Noire, laquelle fait face à Tadoussac, par-dessus le Saguenay, une large indentation creusée dans le rivage forme la Baie Sainte-Catherine qui a une largeur d’environ deux milles.

Il y a au fond un petit village qui compte une trentaine de maisons et une petite église. Le village est desserrvi depuis plusieurs années (nous écrivons en 1920) par l’abbé Delay, un vieux prêtre français, qui, il y a quelque vingt-cinq ans, est venu offrir les services de son ministère à l’évêque de Chicoutimi. Ce petit village est bâti entièrement sur un banc de sable mouvant. Il y a quinze ans, le village avait une certaine importance. C’est qu’au bord de la baie s’élevaient de grands moulins appartenant à la Cie Price Bros. C’était alors un centre d’activité. Les moulins furent démolis vers 1905 et le village ne cessa de péricliter depuis.

Parlant de la Bail Sainte-Catherine, les gens disent surtout l’Anse-à-Catherine.

Quelle est cette Catherine qui a donné son nom à cet endroit ? Je m’aide de la tradition pour répondre à cette question.

À peu de distance de l’embouchure de la Rivière-Noire qui se décharge dans le fleuve près de Saint-