Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 30 —

péie, dans les inscriptions diverses retrouvées de nos jours, n’ont pas offert un seul mot qui n’appartienne à la langue de Cicéron.

L’origine de l’Italien est plus moderne. Au xiiie siècle, lorsque les troubadours et les trouvères sont en France dans tout leur éclat, Dante, avant d’écrire son immortel poème, hésite entre le toscan et le latin. Les monuments littéraires qui le précèdent, portent l’empreinte très-marquée, mais de plus en plus affaiblie, de la vieille langue de Rome, que l’Église conservait dans tout son éclat et parlait dans toute sa pureté.

Dans les limites de notre France d’aujourd’hui habitaient deux peuples : les Ibères et les Gaulois. Il résulte des travaux du savant Bullet et de Guillaume Humbolt, qui ont cherché à reconstituer la carte de la Gaule, au moyen des descriptions étymologiques des villes, rivières et montagnes, que des mots celtes et ibériens, en grand nombre, terminent, encore aujourd’hui bien des désignations géographiques.

Il existait donc en Gaule une langue différente de celle que parlaient les conquérants. Rome imposa le latin pour les affaires publiques, pour les rapports judiciaires. L’intérêt d’abord, la nécessité ensuite établirent une domination qui était dans la politique de Rome. Un peuple qui perd sa langue voit disparaître un des derniers caractères de sa nationalité. L’Église, plus tard, se servit de ce moyen pour apporter la lumière et la civilisation à la Gaule. Saint-Pothin, Saint-Irénée, Saint-Paulin, Saint-Martin, Sulpice Sévère, Saint-Hilaire de Poitiers ont écrit en latin. S’il avait existé alors une langue vulgaire généralement répandue, ils l’auraient certainement employée. Sidoine Apollinaire, pour mettre fin à des divisions, élevées dans l’Église de Bourges, harangua le peuple en latin. Nous avons son discours. La langue des vainqueurs s’était, donc superposée à celle des vaincus. Celle-ci n’avait pas disparu entièrement. Elle manifestait son existence en