Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 88 —

Le ministre secrétaire d’État au département de l’instruction publique et des cultes,

Vu la demande formée par la Société littéraire et scientifique de Castres (Tarn) ;

Vu la lettre du préfet du Tarn en date du 12 janvier et du 14 avril 1857 ;

Vu le rapport du recteur de l’Académie de Toulouse, en date du 1er mars 1857,

Arrête :

Article 1er. La Société littéraire et scientifique de Castres est autorisée à se constituer définitivement.

Article 2. Les statuts de ladite Société, annexés au présent arrêté sont approuvés. Il n’y pourra être apporté de modifications qu’avec l’assentiment du ministre de l’instruction publique et des cultes.

Fait à Paris, le 2 mai 1857.

Signé : Rouland.

La commission, nommée dans la séance précédente, s’est transportée à Roquecourbe le jeudi 7 mai. M. A. Combes donne lecture d’un rapport sur les recherches auxquelles elle s’est livrée, de concert avec M. Alibert, membre correspondant.

Toutes les indications fournies par le travail de M. Alibert ont été reconnues d’une exactitude parfaite. Les nouvelles explorations n’ont donné lieu à la constatation d’aucun fait important : elles ont permis d’appeler l’attention sur des détails secondaires, qu’il n’était peut-être pas inutile de signaler, afin de les lier plus tard aux découvertes qu’amèneront probablement des fouilles plus profondes et plus étendues.

La commission a constaté l’existence d’une urne entière, de forme oblongue, avec évasement supérieur, sans anses, entourée à la naissance du col d’une guirlande en creux, dentelée, sans ca-