Page:Prosper Guéranger - L'année liturgique - 1858 - Tome 1.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’ANNÉE

LITURGIQUE



PRÉFACE GÉNÉRALE




La prière est pour l’homme le premier des biens. Elle est sa lumière, sa nourriture, sa vie même, puisqu’elle le met en rapport avec Dieu, qui est lumière[1], nourriture[2] et vie[3]. Mais, de nous-mêmes, nous ne savons pas prier comme il faut[4] ; il est nécessaire que nous nous adressions à Jésus-Christ, et que nous lui disions comme les Apôtres : Seigneur, enseignez-nous à prier[5]. Lui seul peut délier la langue des muets, rendre diserte la bouche des enfants, et il fait ce prodige en envoyant son Esprit de grâce et de prières[6],

  1. Joan. viii. 12.
  2. Ibid. vi. 35.
  3. Ibid. xiv. 6.
  4. Rom. viii. 26.
  5. Luc. xi. 1.
  6. Zach. xii. 10.