Page:Quérard - La France littéraire, t. 6, 1834.djvu/109

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
MIC MIC 109

des faits et de l’impartialité dans les jugements, il joint celui d’un style pur, clair, soutenu, sans emphase et sans faux brillant, et des recherches neuves et profondes, dans lesquelles l’auteur a été secondé par Gourdain et Thory, et M. Reinaud, employé à la Bibliothèque du Roi. La Bibliothèque des Croisades, qui termiue l’ouvrage, contient l’indication des sources où l’auteur a puisé, et un grand nombre d’extraits et de pièces qui n’ont pu entrer dans le corps de l’ouvrage.

Des exemplaires du IVe volume de cette Bibliothèque des Croisades ont été tirés avec un frontispice portant : Extraits des historiens arabes, relatifs aux guerres des croisades : ouvrage formant, d’après les écrivains musulmans, un récit suivi des guerres saintes. Nouvelle édition, entièrement refondue et considérablement augmentée, par M. Reinaud, employé au cabinet des manuscrits orientaux de la Bibliothèque du Roi.

Les exemplaires du IVe volume avec ce titre, ne diffèrent que dans quelques mots des Observations préliminaires, et ne se vendent pas.

— Histoire des progrès et de la chute de l’empire de Mysore (Maïssour) sous le règne d’Hyder Aly et de Typpoo-Saïb. Paris, Giguet et Michaud, an ix (1801), 2 vol. in-8, avec le portrait de Typpoo-Saïb, des cartes enluminées et des plans, etc., sur papier carré fin de Limoges, 9 fr. ; sur grand raisin ordinaire, 12 fr. ; et sur gr. raisin vélin , 24 fr.

Il en a été tiré aussi 25 exemplaires sur papier grand-raisin vélin superfin de Lagarde.

Cet ouvrage contient l’historique des guerres des souverains de Mysore avec les Anglais et les différentes puissances de l’Inde ; une esquisse de la conquête d’Egypte, considérée par rapport à l’Inde ; les lettres de Bonaparte au chérif de la Mecque et à Typpoo-Saïb ; les négociations de Typpoo avec le gouverneur de l’Ile-de-France, et sa correspondance avec le Directoire ; la relation du siége et de la prise de Seringapatam ; le recueil des papiers trouvés dans le palais de Typpoo-Saïb ; des détails curieux sur la vie et la mort du sultan de Mvsore ; un examen des résultats de cette dernière guerre ; la situation actuelle des principales puissances de l’Inde ; le tableau de la religion, des mœurs, de la législation des Indous, et des relations commerciales et politiques de l’Europe avec l’Indostan, et de l’Indostan avec l’Europe.

Feu Lœuillard d’Avrigny a fourni quelques chapitres à cet ouvrage, aujourd’hui assez rare et recherché encore, malgré quelques inexactitudes qu’il serait facile de faire disparaître dans une seconde édition.

— * Histoire des XV semaines, ou le dernier Règne de Bonaparte. Paris, Longchamps, 1815, in-8.

Il y a eu environ vingt-sept éditions de cet écrit.

C’est un ouvrage de circonstance, écrit d’imagination, avec rapidité, mais superficiel, et qui sera peu utile pour l’histoire, car il ne contient pas une seule date.

Toutes ces éditions (ou tirages) ne sont point anonymes.

Pour compléter l’indication des travaux historiques de M. Michaud, nous ajouterons qu’il a fourni plusieurs articles à la « Biographie universelle » que publie son frère ; mais les meilleurs sont ceux qu’il a tirés de son Histoire des Croisades. Ceux qu’il a donnés sur des littérateurs et sur des personnages appartenant à d’autres histoires, n’annoncent pas un travail bien approfondi sous le rapport de recherches. Une notice de lui sur madame Cottin, a pourtant eu l’honneur de la réimpression en tête de quelques-uns des ouvrages de cette romancière, où l’on trouve aussi de M. Michaud un Tableau historique des trois premières croisades. Antérieurement, M. Michaud avait fourni aussi des articles au pamphlet historique, publié sous le titre de Biographie moderne, et portant la rubrique de Leipzig. Le tome IV du Livre des Cent-et-un (1822) contient un morceau de cet écrivain, intitulé : Constantinople.

On a émis récemment le prospectus d’une « Nouvelle Collection complète des Mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le treizième siècle jusqu’à la fin du dix-huitième, avec des notices, des éclaircissements et remarques, par MM. Michaud et Poujoulat. Cette édition, compacte, est promise en 20 vol., qui paraîtront en quatre-vingt livraisons.

MICHAUD (L.-G.), frère du précédent, d’abord officier d’infanterie, ensuite imprimeur à Paris, après la Restauration imprimeur du roi (jusqu’en 1816), aujourd’hui libraire-éditeur ; né à Bourg en Bresse, vers 1772.

— Adieux de Marie-Thérèse-Charlotte de Bourbon, ou Almanach pour 1796. Bâle, Tourneisen (Paris, Gueffier), 1796, in-8.

Publiés sous le pseudonyme d’Albins. D.M.

— Tableau historique et raisonné des premières guerres de Napoléon Bonaparte, de leurs causes et de leurs effets. Paris, L. G. Michaud, 1834, 2 parties in-8, 5 fr.

Cet ouvrage a été publié sous le nom de Michaud de Villette. Le dernier de ces noms est celui d’une propriété de M. Michaud. La première partie a eu une seconde édition, revue, corr. et augm., en 1815.

M. Michaud est auteur d’un assez grand nombre de notices de la Biographie universelle qu’il a publiée comme libraire-éditeur ; ou, pour nous exprimer plus exactement, il en est l’éditeur et le signataire : une partie de leurs premiers rédacteurs n’ayant point voulu accéder aux mutilations que sous le rapport des opinions politiques et religieuses, le libraire faisait subir à ces notices, ils ont exigé la suppression de leurs noms, qui ont été remplacés par celui de M. Michaud. Il est aussi auteur ou réviseur d’un assez grand nombre d’articles de la « Biographie des hommes vivants » (Paris, 1815, 5 vol. in-8), ainsi que d’une notice sur Delille ; de notes et de préfaces pour les Œuvres de ce poète, et autres ouvrages dont il est le libraire-éditeur.

MICHAUD, ancien instituteur, maître de pension à Ebreuil, près Gannat.

— Abécédaire et préceptes de morale et de civilité, suivis d’un petit traité sur l’écriture, etc., corr. et augm. par l’auteur., Aurillac, Ternat, 1819 ; Aurillac, de l’impr. de Picut, 1822 ; Clermont-Ferrand, Thibaud-Landriot, 1831, in-12 de 36 pag.

MICHAUD (Mme Zoé), couturière, vraisemblablement un pseudonyme.

— Andrina , ou les Deux orphelins. Paris,