Page:Quatremère de Quincy - Considérations morales sur la destination des ouvrages de l’art, 1815.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(84)

productions respectives. La plupart des règles du goût ne s’adressent qu’au sentiment ; il en est peu d’exclusives. Je n’ai fait mention ici de l’effet de l’isolement que pour faire sentir qu’il est quelquefois un des moyens poétiques de l’Art, ou le ressort moral des impressions que nous éprouvons ; et aussi pour expliquer comment il arrive que certains ouvrages perdent à leur déplacement, à un changement de scène ou de local, la propriété qu’ils avaient de nous plaire et de nous intéresser.

À vrai dire, de même que chaque art a ses propriétés spéciales, il existe aussi pour chaque espèce d’ouvrage d’Art une sphère d’effets coordonnés à ses propriétés. Plusieurs de ces effets ne dépendent ni du pouvoir de l’artiste, ni de celui des hommes, mais uniquement quelquefois de la nature des choses, c’est-à-dire, d’un concert spontané de circonstances, d’incidens et de rapports d’autant plus précieux, qu’on ne peut ni faire ces sortes d’harmonie, ni les refaire quand elles ont été détruites, ni préparer leurs effets, ni réparer leur perte. Un arbre de plus ou de moins dans cette plaine produit ou fait disparaître le motif d’un paysage. Cette ruine, enlevée à ce site, lui ravit la faculté de nous émouvoir. On a vu des