Page:Quinet - Œuvres complètes, Tome VIII, 1858.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


soleil.


Pour ma part, apportez-moi une fronde de lin, un petit Dieu d’Egypte en bronze à la tête d’épervier, une plume d’autruche et un carquois de chasseur.



Marthe.

Et à moi, pour ma noce, un collier de pierres fines.



Ahasvérus.

Quand je reviendrai, vos noces seront faites déjà.



Nathan.

Jusqu’à la fin de ton voyage, je ne boirai point de vin dans mon outre, je ne mangerai point de viande sur ma table. Prends ton bâton et tes sandales pour que je les bénisse. Voilà le sel pour ton repas dans le désert ; voilà mon outre pleine pour ta soif. Passe par le plus court chemin sans t’arrêter. Sois humain aux misérables, pour que les lions t’épargnent.

Sois juste envers ton guide, pour que les serpents ne te dévorent pas. Aie pitié du malade, pour que tu vives longuement. Dis à ton hôte en entrant sur sa porte : « Je suis Ahasvérus, fils de Nathan, qui habite au Calvaire ; donnez-moi, en son nom, la table et le gîte pour la nuit ; » et dis-lui en partant : « Merci, mon hôte, laissez-moi rouler la natte sous la table ; je repasserai au temps des gerbes mûres ; mon père vous invite à la Pâque. » Quand tu rencontreras un berger, aide-le à trouver un abreuvoir, pour qu’il te donne une tranche d’agneau. Quand tu verras un cavalier bien monté, aide-le à trouver un pâturage, pour qu’il te prête une journée de son cheval. Va baiser, en passant, la barbe des vieillards de mon âge, assis à la porte des villes, et le bord du manteau des rois. Si tu rencontres un messager, donne-lui des nouvelles ; si tu rencontres un fileur de lin, ou un faiseur de sandales, ou un potier, ou un pêcheur près de sa nasse, salue-le par son nom :