Page:Quitard - Dictionnaire des proverbes.pdf/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
248
COI

colomb.C’est l’œuf de Colomb.

Cela se dit d’une chose qu’on n’a pu faire et qu’on trouve facile après coup. — Les détracteurs de Cristophe-Colomb lui disputaient l’œuvre de son génie, en objectant que rien n’était plus aisé que la découverte du Nouveau-Monde. Vous avez raison, leur dit le célèbre navigateur ; aussi je ne me glorifie pas tant de la découverte que du mérite d’y avoir songé le premier. Prenant ensuite un œuf dans sa main, il leur proposa de le faire tenir sur sa pointe. Tous l’essayèrent, aucun n’y put parvenir. La chose n’est pourtant pas difficile, ajouta Colomb, et je vais vous le prouver : en même temps il fit tenir l’œuf sur sa pointe qu’il aplatit en le posant. — Oh ! s’écrièrent-ils alors, rien n’était plus aisé. — J’en conviens, messieurs, mais vous ne l’avez point fait et je m’en suis avisé seul. Il en est de même de la découverte du Nouveau-Monde. Tout ce qui est naturel paraît facile quand il est une fois trouvé. La difficulté est d’être l’inventeur.

La même anecdote, dit Voltaire, est rapportée du Brunelleschi, grand artiste qui réforma l’architecture à Florence longtemps avant que Colomb existât. La plupart des bons mots ne sont que des redites.

colombe.Craignez la colère de la colombe.

N’irritez pas une personne d’un naturel doux, car son emportement est des plus terribles ; ne provoquez pas le courroux d’une femme, car elle ne connaît point de bornes dans sa fureur. Notumque furens quid fœmina possit (Virg.) ; on sait ce que peut une femme furieuse. — L’Ecclésiastique dit : Non est ira super iram mulieris (ch. 25, v. 23) ; il n’y a pas de colère au-dessus de ta colère de la femme.

Ce proverbe est fondé sur une double expression des livres saints, ira columbœ et gladius columbœ, qui ne peut être comprise sans connaître l’histoire ou plutôt la fable de Sémiramis. Voici donc en résumé ce que Diodore de Sicile, Lucien et quelques autres écrivains de l’antiquité nous apprennent sur cette reine. La nymphe Dercéto ou Atergatis, ayant violé les lois de