Page:Récits de voyages d’un Arabe, trad. Lébédew, 1902.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quant aux trois chapelles du côté gauche de la grande église, la première d’entre elles est dédiée à Ste-Irène, la seconde aux saints Souverains Constantin et Hélène, et la troisième — au saint évêque Antipas. Voici les traits caractéristiques de la grande église. Il se trouve à son entrée, du côté Nord, un puits qu’on appelle « le puits de la gazelle ». C’est le puits où le Prophète Moïse a fait boire le troupeau des filles de Rahuel, le prêtre madianite. Auprès du puits croît un beau grenadier planté à l’époque de la construction du couvent. C’est un arbre mystérieux en ce qu’il donne tous les ans autant de fruits qu’il y a de moines au couvent.

Ce couvent sacré possède encore plusieurs petites églises. La première d’entre elles est dédiée à St-Étienne, le premier martyr et l’archidiacre.

La seconde — à Jean-Baptiste ; la troisième aux Saints Serge et Bacchus ; la quatrième au Saint du Seigneur, Aaron le frère du Prophète Moïse ; la cinquième à St-Jean Chrysostome ; la septième[1] à St-Théodore ; la huitième à la Nativité de la Sainte Vierge ; la neuvième — aux apôtres ; la dixième à St-Georges ; la onzième à Ste-Catherine, destinée aux pèlerins européens. Vis-à-vis de cette église se trouvent beaucoup de maisons pour les pèlerins ; et la douzième est dédiée aux cinq martyrs surnommés « lumières de la foi ». La treizième à Jean le Théologien ; la quatorzième aux Saints Joachim et Anna ; la quinzième à Notre-Dame, et c’est la première église qui fut construite dans l’enceinte du couvent ; on l’appelle pour cela l’église du château.

  1. Il a oublié la sixième.