Page:Réflexions sur la révolution de France.pdf/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



AVIS DE L’IMPRIMEUR.



Dans un moment où de fausses doctrines en politique se propagent avec une nouvelle et déplorable activité ; dans un moment où de vieux incorrigibles et de jeunes énergumènes essaient de justifier les erreurs et même les crimes de la révolution, nous avons cru qu’il serait utile de publier une nouvelle édition de l’ouvrage d’Edmond Burke, intitulé : Réflexions sur la Révolution de France. Cet homme, que le célèbre et modeste auteur de l’Esprit de l’Histoire (le comte Ferrand, Pair de France) appelle le citoyen de tous les empires, prophétisa nos malheurs, dans sa retraite de Beaconsfield. « Lorsque l’Europe presqu’entière s’était engouée de la révolution française, et applaudissait, avec une admiration stupide, à ses premières catastrophes, Burke la jugea telle qu’elle était ; son âme, oppressée par toutes les injustices qu’il voyait commettre, exhalait son indignation avec des traits que Tacite lui eût enviés. Aucune des conséquences qu’une telle révolution allait entraîner n’échappa à sa prévoyance ; il les prédit toutes ; et l’événement a tellement vérifié ses