Page:Régnier - 1914-1916, poésies, 1918.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LA VILLE MENACÉE


Salut en ta nouvelle gloire,
Ô Venise des temps nouveaux,
Aujourd’hui Venise la noire,
Sans lumières sur tes canaux,

Hier encor « Venise la rouge »,
Ainsi que te nomma Musset
Quand il allait traîner au bouge
Son cœur que la Sand emplissait !