Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


manda querir ses legions, et comment

Toucquedillon tua Hastiveau, puis fut tué par le commandement

de Picrochole.

CHAPITRE XLVII

En ces mesmes jours, ceulx de Bessé, du Marché Vieux, du bourg Sainct Jacques, du Trainneau, de Parillé, de Riviere, des Roches Sainct Paoul, du Vaubreton, de Pautille, du Brehemont, du Pont de Clam, de Cravant, de Grandmont, des Bourdes, de La Ville au Mère, de Huymes, de Sergé, de Hussé, de Sainct Louant, de Panzoust, des Coldreaux, de Verron, de Coulaines, de Chosé, de Varenes, de Bourgueil, de l’Isle Boucard, du Croulay, de Narsy, de Cande, de Montsoreau et aultres lieux confins, envoierent devers Grandgousier ambassades pour luy dire qu’ilz estoient advertis des tordz que luy faisoit Picrochole, et, pour leur ancienne confederation, ilz luy offroient tout leur povoir, tant de gens que d’argent et aultres munitions de guerre.

L’argent de tous montoit, par les pactes qu’ilz luy avoient, six vingt quatorze millions deux escuz et demy d’or. Les gens estoient quinze mille hommes d’armes, trente et deux mille chevaux