Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mais au cas que feussiez les plus foybles, ie ne vous fauldray.

Alors Panurge tira deux grandes chordes de la nef, et les atacha au tour qui estoit sur le tillac, & les mist en terre & en fist ung long circuyt, l'ung plus loin, l'aultre dedans cestuy là. Et dist à Epistemon, entre vous en dedans la navire, et quand ie vous sonneray tournez le tour diligentement en ramenant à vous ces deux chordes. Puis dist à Eusthenez et à Carpalim. Enfans attendez icy & vous offrez à ces ennemys franchement, & obtemperez à eulx & faictes semblant de vous rendre: mais advisez, que n'entrez point au cerne de ces chordes, retirez vous tousiours hors. Et incontinent entra dedans la navire, et print ung fes de paille & une botte de pouldre de canon & l'espandit par le cerne des chordes, et à tout une migraine de feu se tint aupres. Tout soubdain arriverent à grande force les chevaliers, et les premiers chocquerent iusques au pres de la navire, & par ce que le rivage glissoit, tumberent eulx & leurs chevaulx iusques au nombre de quarante & quatre. Quoy voyans les aultres approcherent pensans qu'on leur eust resisté à l'arrivée. Mais Panurge leur dist. Messieurs ie croy que vous soyez faict mal, pardonnez le nous: car ce n'est pas de nous, mais c'est de la lubricité de l'eau de mer, qui est tousiours unctueuse. Nous nous rendons à vostre bon plaisir: autant en dirent les deux compaignons & Epistemon qui estoit sur le tillac, & ce pendant Panurge s'esloignoit & veoit que tous estoient dedans le cerne des chordes, & que ses deux compaignons s'en estoient esloignez faisant place à tous ces chevalliers qui à foulle alloient pour veoir la nef & qui estoit dedans, dont tout soubdain crya à Epistemon, tire tire. A quoy Epistemon commença de