Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 29

Comment Pantagruel deffit les troys cens geans armez de pierre de taille, Et Loupgarou leur capitaine.

Les geans voyans que tout leur camp estoit submergé, emporterent leur roy Anarche à leur col le mieulx qu'ilz peurent hors du fort, comme fist Eneas son pere Anchises de la conflagration de Troye. Lesquelz quand Panurge apperceut, dist à Pantagruel.

Seigneur voilà les geans qui sont issuz, donnez dessus de vostre mast [gualantemment] à la vieille escrime. Car c'est à ceste heure qu'il se fault monstrer homme de bien. Et de nostre cousté nous ne vous fauldrons point. Et hardiment que ie vous en tueray beaucoup. Car quoy? David tua bien Goliath facillement. Moy doncques qui en battroys douze telz qu'estoit David: car en ce temps là ce n'estoit qu'ung petit chiart, n'en defferay ie pas bien une douzaine. Et puis ce gros paillard de Eusthenes qui est fort comme quatre bœufz, ne s'y espargnera pas. Prenez courage, chocquez à travers d'estoc & de taille.

Or, dist Pantagruel, de couraige ien ay pour plus cinquante frans. Mais quoy? Hercules ne osa iamais entreprendre contre deux.

C'est, dist Panurge, bien chien chié en mon nez, vous