Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


eulx sus ce que estoit tant à faire que à respondre. Tous feurent d’advis que on les menast au retraist du goubelet et là on les feist boyre rustrement, et, affin que ce tousseux n’entrast en vaine gloire pour à sa requeste avoir rendu les cloches, l’on mandast, cependent qu’il chopineroit, querir le prevost de la ville, le recteur de la Faculté, le vicaire de l’eglise, esquelz, davant que le sophiste eust proposé sa commission, l’on delivreroit les cloches. Après ce, iceulx presens, l’on oyroit sa belle harangue. Ce que fut faict, et, les susdictz arrivez, le sophiste feut en plene salle introduict et commença ainsi que s’ensuit, en toussant.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>