Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
93
chapitre xiii.


du fond de la paillasse. Aultrement vouldriez vous dire qu’elle me desrobbast en sugsant comme on avalle les huytres en escalle, & comme les femmes de Cilicie (tesmoing Dioscorides) cuillent la graine de Alkermès ? Erreur. Qui desrobbe, ne sugse, mais gruppe : ne avalle, mais emballe, ravist & ioue de passe passe.

Le quart dict. Ma femme me l’escorchera, mais non tout. O le beau mot. Vous l’interpretez à batterie & meurtrissure. C’est bien à propous truelle, Dieu te guard de mal masson. Ie vous supply, levez un peu vos espritz de terrienne pensée en contemplation haultaine des merveilles de Nature : & icy condemnez vous, vous mesmes pour erreurs qu’avez commis perversement exposant les dictz propheticques de la Dive Sibylle. Posé, mais non admis ne concedé le cas, que ma femme par l’instigation de l’ennemy d’enfer voulust & entreprint me faire un malvais tour, me diffamer, me faire coqu iusqu’au cul, me desrober & oultrager : encores ne viendra elle à fin de son vouloir & entreprinse.

La raison qui à ce me meut, est en ce poinct dernier fondée, & est extraicte du fond de Pantheologie monasticque. Frère Artus Culletant me l’a aultres foys dict, & feut par un Lundy matin, mangeans ensemble un boisseau de guodiveaulx, & si pleuvoit, il m’en souvient, Dieu luy doint le bon iour.

Les femmes au commencement du monde, ou peu après, ensemble conspirèrent escorcher les homes tous vifz, par ce que sus elles maistriser vouloient en tous lieux. Et feut cestuy decret promis, confermé, & iuré entre elles par le sainct sang breguoy. Mais ô vaines entreprinses des femmes, ô grande fragilité du sexe feminin. Elles commencèrent escorcher