Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
149
chapitre xxx.


monstrerez bon exemple, viurez pudicquement, chastement, vertueusement en vostre mesnaige, comme voulez qu’elle de son cousté viue. Car comme le mirouoir est dict bon & perfaict, non celluy qui plus est orné de dorures & pierreries, mais celluy qui véritablement repræsente les formes obiectes : aussi celle femme n’est la plus à estimer, laquelle seroit riche, belle, élégante, extraicte de noble race : mais celle qui plus s’efforce auecques Dieu soy former en bonne grace, & conformer aux meurs de son mary. Voyez comment la Lune ne prent lumière ne de Mercure, ne de Iuppiter, ne de Mars, ne d’aultre planette ou estoille qui soyt on ciel. Elle n’en reçoit que du Soleil son mary, & de luy n’en reçoit poinct plus qu’il luy en donne par son infusion & aspectz. Ainsi serez vous à vostre femme en patron & exemplaire de vertus & honesteté. Et continuement implorerez la grace de Dieu à vostre protection. Vous voulez doncques (dist Panurge fillant les moustaches de sa barbe) que i’espoufe la femme forte descripte par Salomon. Elle est morte sans poinct de faulte. Ie ne la veid oncques, que ie saiche, Dieu me le veuille pardonner. Grand mercy toutesfoys, mon père. Mangez ce taillon de massepain. Il vous aydera à faire digestion : puys boirez vne couppe de Hippocras clairet : il est salubre & stomachal. Suyuons.