Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quelles contenences eurent Panurge & frère Ian durant la tempeste.

Chapitre XIX.



Pantagrvel prealablement avoir imploré l’ayde du grand Dieu Servateur & faicte oraison publicq en fervente devotion par l’advis du pilot tenoit l’arbre fort & ferme, frère Ian s’estoit mis en pourpoinct pour secourir les nauchiers. Aussi estoient Epistemon, Ponocrates & les aultres. Panurge restoit de cul sus le tillac pleurant & lamentant. Frère Ian l’apperceut passant sus la Coursie & luy dist.

Par Dieu Panurge le veau, Panurge le pleurart, Panurge le criart, tu feroys beaucoup mieulx nous aydant icy, que là pleurant comme une vache, assis sus tes couillons, comme un magot.

Be be be bous, bous, bous (respondit Panurge) frère Ian mon amy, mon bon père, ie naye, ie naye mon amy, ie naye. C’est faict de moy, mon père spirituel, mon amy c’en est faict. Vostre bragmart ne m’en sçauroit saulver. Zalas, Zalas, nous sommes au dessus de Ela. hors toute la gamme. Bebe be bous bous. Zalas à ceste heure sommes nous au dessoubs de Gama ut. Ie naye. Ha mon père, mon